Déclaration Universelle des Droits des Animaux.

 


La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l'Unesco. Son texte révisé par la Ligue Internationale des Droits de l'Animal en 1989, a été rendu public en 1990.

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces;
Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers;
Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les animaux;
Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l'espèce humaine du droit à l'existence des autres espèces animales;
Considérant que le respect des animaux par l'homme est inséparable du respect des hommes entre eux;

Il est proclamé ce qui suit :

Article 1 : Tous les animaux ont des droits égaux à l'existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n'occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2 : Toute vie animale a droit au respect.

Article 3.1 : Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.

.2 : Si la mise à mort d'un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d'angoisse.

.3 : L'animal mort doit être traité avec décence.

Article 4.1 : L'animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s'y reproduire.

.2 : La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l'animal sauvage à d'autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5.1 : L'animal que l'homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs.

.2 : Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou mis à mort de manière injustifiée.

.3 : Toutes les formes d'élevage et d'utilisation de l'animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l'espèce.

.4 : Les exhibitions, les spectacles, les films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6.1 : L'expérimentation sur l'animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l'animal.

.2 : Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en oeuvre.

Article 7 : Tout acte impliquant sans nécessité la mort d'un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

Article 8.1 : Tout acte compromettant la survie d'une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c'est-à-dire un crime contre l'espèce.

.2 : Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

Article 9.1 : La personnalité juridique de l'animal et ses droits doivent être reconnus par la loi.

.2 : La défense et la sauvegarde de l'animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

Article 10 : L'éducation et l'instruction publique doivent conduire l'homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux.